Décembre 2012 : Liens recommandés

Google profite de l’idiotie européenne en toute légalité : Le très antipathique Eric Schmidt n’en était pas à sa première énormité en déclarant en début de mois qu’il était très fier de pouvoir échapper au fisc, poussant même le bouchon jusqu’à y voir quelque part tout le génie du capitalisme… Franchise brutale ou cynisme malveillant ce n’est, hélas, que la triste et assumée confirmation d’une vérité que nous adorons ignorer : Google nous prend pour des cons. Ce que nous sommes majoritairement.

Et si en plus Ray Kurzweil rejoint les équipes de Google, ça devrait motiver 2 fois plus de méfiance ou au moins d’attention de la part de médias, une nouvelle fois passifs devant l’importance d’une telle annonce. Ray Kurzweil est un transhumaniste connu pour être l’inventeur du concept de singularité technologique. Agé de 64 ans, il est ingénieur en informatique de formation, et prédit depuis des années qu’aux alentours de 2045, nous allons connaître une croissance technologique que nous ne pourrons pas contrôler et qu’au delà de cette date, le progrès ne serait plus l’œuvre que de l’intelligence artificielle. 

How the Web is changing Education : Comment une myopie certaine face aux bouleversements économiques menace les vieilles Sorbonnes, beaucoup trop sûres d’elles par des temps pourtant très agités.

Most Contagious 2012 Report : Une synthèse intelligente des tendances et événements qui ont marqué l’année 2012 et par conséquent, l’occasion de revoir, confirmer ou infléchir ses attentes par rapport à 2013. De très utiles ‘insights’ inside.

And last but not least, le Lévy Farceur qui cette année ne parle pas chinois mais s’amuse comme un enfant pour ses voeux vidéos.

Une nouvelle écologie politique

Une nouvelle écologie

Par temps de changements politiques, il est intéressant de voir que sous d’autres cieux pas tellement lointains, de nouvelles options, plus tranchées et peut-être plus conformes à un fameux « air du temps » revu et corrigé continuent de se développer.

Piratpartiet en Suède et Piratenpartei Deutschland sont en train de s’imposer doucement mais sûrement dans un paysage recomposé autour des préoccupations des nouvelles générations. Ce dernier a même réussi en quelques mois à s’imposer comme le parti numéro 3 en Allemagne et entend maintenant supplanter les Verts pour occuper la place de principal parti contestataire.

Sans forcément adhérer à ces mouvements, discutés et discutables par certains aspects, une nouvelle écologie aurait en effet toutes les raisons d’émerger.

Lié à la défense des droits dits numériques, affranchi des impasses d’un affrontement gauche-droite et soucieux de dessiner l’architecture du mieux-vivre des temps à venir, un mouvement accompagnerait la nouvelle division des pouvoirs rendue possible par la libération de l’information.

Il consacrerait l’émergence du rôle nouveau dévolu au citoyen 2.0, désormais associé au même titre que les experts à la gestion des pouvoirs publics dans un autre contexte. Un rôle de surveillance éclairée des élus, chargés d’appliquer en simplicité une politique discutée et négociée par le plus grand nombre.
Un rôle qui s’appuierait très largement sur l’Open Data et la collaboration pour agir à la fois sur la structure et le contenu de politiques véritablement citoyennes, plus à même de gérer la complexité du monde que des alliances d’hommes politiques professionnels, qui isolés, sont de moins en moins capables de percevoir ou d’agir sur la réalité.

Rebelle ? Pas vraiment le mot.
Révolutionnaire ? Peut-être.
Sûrement.

2012, l’année de la …

2011 est mort, vive 2012 ! Cette année riche et souvent passionnante, dés à présent loin dans les rétroviseurs,  l’on se met déjà à penser au cru 2012, que l’on voit prometteur, qu’on espère fructueux et qu’on attend aussi grisant que l’année écoulée.

Si l’on se réfère à Brian Solis, expert des nouveaux médias, 2012 sera une année charnière pour le Social Marketing qui devrait être expérimenté par un maximum d’entreprises avant d’être définitivement développé en 2013, si toutefois financièrement ça allait mieux (raison avancée par 47% des sondés).

Pas certain, selon Georges Colony, CEO de Forrester de passage à Paris pour LeWeb (Voir Vidéo), qui voit plutôt une fatigue des réseaux menacer du côté des consommateurs alors même que les possibilités sociales pour les entreprises devraient exploser, et qui va jusqu’à prédire la fin du web tel que nous le connaissons au profit d’applications poussées comme des champignons.

De façon plus générale, JWT tente dix prédictions qui voient le marketing frugal (pour ne pas dire « discount ») se généraliser, la consommation raisonnable et un minimum d’hédonisme gagner du terrain sur les trop stricts régimes, le mariage se ringardiser, la notion de vieillesse se redessiner à la faveur des évolutions démographiques, médicales et technologiques, et un maximum d’écrans venir s’incruster dans nos actions de tous les jours.

Une vision corroborée sur certains points par trendwatching.com qui parie également sur les nouveaux services de luxe formatés pour les milliardaires d’Asie, l’auto-prise en charge de sa santé par le biais des technologies, la généralisation du recyclage écologique, l’apparition des nouveaux moyens mobiles de paiement, le partage et l’exploitation de flux d’informations personnelles, ainsi que l’essaimage de nouvelles influences nées de tendances d’abord observées sur les marchés émergents.

Une seule prédiction est donc certaine, 2012 sera … imprévisible.
Car l’homme d’esprit le sait : il faut toujours faire confiance aux événements – ils ne manquent jamais de se produire -.